Etude sur les exportations à La Réunion

Export
6 février 2019

L’Insee , la Région Réunion et Nexa se sont engagés en 2017 à réaliser une étude de diagnostic approfondi en partenariat pour mettre en évidence des leviers sur lesquels l’économie réunionnaise peut s’appuyer pour poursuivre son développement.
Le 1er volet, présenté l’année dernière était consacré à l’identification des forces et faiblesses de notre structure économique.

Dans cette continuité, l’Insee a présenté, le 6 février dernier, les résultats du second volet de cette étude sur les exportations et les entreprises exportatrices de La Réunion. Elle marque la volonté de la collectivité de faire de l’internationalisation un axe de développement prioritaire pour trouver des relais de croissance sur les marchés extérieurs.

- Une économie tournée sur son marché intérieur principalement.

Cette étude confirme la tendance que les observateurs de notre économie font de l’export et des enseignements éclairants apparaissent en analysant les chiffres. La Réunion conserve ainsi des marges de progression importantes à l’Export. L’internationalisation de son économie repose en partie sur les importations tandis que les exportations représentent une part très réduite de son commerce extérieur :

Le poids des exportations dans le produit intérieur brut de La Réunion représente 4,2 %, soit 0,8 milliards d’euros de biens et services. Ce chiffre, inférieur à la situation des autres outre-mer, s’explique notamment « par la situation géographique » de La Réunion. Les Antilles et la Guyane sont effectivement proches, et développent un commerce extérieur plus important entre elles, d’après Aurélien DAUBAIRE, Directeur régional de l’INSEE.


- 1550 entreprises exportatrices de biens ou de services

Bien que représentant une part minime de l’économie réunionnaise, l’export concerne aujourd’hui 1550 entreprises (soit 3 % du tissu économique local), dont 700 qui opèrent dans les services.

L’export représente en moyenne 4,4 % du chiffre d’affaires des entreprises exportatrices. L’étude montre également que lorsque plus de 20 % du chiffre d’affaires se fait à l’export, l’entreprise présente des taux de marges plus élevés, un meilleur taux de valeur ajoutée et des emplois qualifiés en CDI.

Les exportations de biens sont peu diversifiées et restent centrées autour de 3 produits phares : le rhum (15 millions) , le sucre (75 millions) et la pêche (62 millions). Les déchets (17 millions) et le ré-export de produits initialement importés (42 millions) sont également concernés.
Jusqu’à très récemment, le panorama du commerce extérieur était relativement limité puisque les chiffres du commerce extérieur ne reposaient que sur le seul bilan annuel des Douanes. Ainsi, seules les exportations de « biens » étaient chiffrées, sans tenir compte du niveau des exportations les « services ».
Depuis 2 ans maintenant, La Réunion est l’une des « région pilote » aux côtés de l’Île-de-France pour permettre à l’administration fiscale d’identifier plus clairement la part des exportations de services, conduisant ainsi à une systématisation des données.
En parallèle, les importations de biens pèsent fortement à La Réunion avec ses 4,7 milliards d’euros, soit 26 % du PIB . C’est un moins toutefois que dans les départements français d’Amérique. L’économie, plus centrée sur elle-même, s’est construite historiquement sur une stratégie d’import-substitution. Bien que déficitaire, la balance commerciale de l’île est donc un peu moins dégradée que dans les autres DOM. 

Pour Maryse DOKI-THONON, directrice de la Maison de l’Export « une nouvelle étape doit être désormais franchie vers l’internationalisation basée sur l’excellence, les produits de niche et les services ».


- La moitié des entreprises exportatrices dans le secteur des services

On constate par ailleurs une évolution positive de l’exportation des services, dont 55 % représentent des entreprises d’information et de communication. L’export concerne principalement des prestations de publicité, des études de marché, des activités informatiques, qui favorisent le rayonnement de l’île à l’international. Le tourisme représente également une part importante de ces exportations, même si, comparativement, les pays de la zone océan Indien sont plus avancés. A La Réunion, le respect des normes européennes et françaises ainsi que des salaires plus élevés handicapent la compétitivité des exportations par rapport aux pays voisins.

Pour Gaston BIGEY, Directeur général de Nexa , « il y a une vraie nécessité d’aller vers l’export pour le territoire réunionnais : cela permet à des entreprises de gagner en compétitivité. Les savoir-faire se payent cher, il nous faut vendre des produits à haute valeur ajoutée ».


- La stratégie régionale de l’internationalisation des entreprises

Les résultats de cette étude démontre que la stratégie régionale d’ouverture de l’économie réunionnaise à l’international est un enjeu majeur :

- tout d’abord parce qu’elle constitue un levier de développement incontournable pour notre économie insulaire éloignée de son principal marché, la France métropolitaine ;

- mais aussi parce qu’une action forte de notre collectivité, chef de file en la matière depuis la Loi NOTRE de 2015, est indispensable pour franchir significativement un pallier stable depuis plusieurs années (les exportations « historiques » étant représentées par le sucre et les produits de la canne, la pêche et les déchets).

Créée en 2016 dans le cadre du Plan Régional d’Internationalisation des Entreprises, la Maison de l’Export a pour mission d’accompagner les entreprises réunionnaises dans la concrétisation de leurs projets à l’export, autour d’un partenariat collectif entre l’ensemble des acteurs de l’international. « Il convient de travailler avec les entreprises pour aller ensemble vers les aides régionales qui ont été mises en place selon Stéphane FOUASSIN, conseiller régional délégué à l’internationalisation de l’économie. Celles-ci permettent d’accompagner les entreprises à l’export et à s’organiser au niveau des ressources humaines nécessaires notamment ». Il a également rappelé l’importance des antennes de la Collectivité régionale à l’étranger (Seychelles, Madagascar, Comores, Maurice, Chine et Mozambique), en complémentarité avec le réseau de Business France et des Chambres de Commerce qui permettent d’appuyer les produits et services réunionnais dans plus de 70 pays.
Cette structure portée par la collectivité régionale préfigure le guichet unique export à La Réunion, dans le cadre de la réforme de la politique du commerce extérieur annoncé en février 2018 par le 1er Ministre Edouard Philippe. Dans le droit fil de la dynamique nationale, l’intégration de La Réunion au sein de la Team France Export devrait être officialisée à la fin du 1er semestre 2019.

Ainsi l’accompagnement des entreprises à l’international gagnera en lisibilité et en efficacité grâce à la synergie des expertises déployées aujourd’hui au sein de NEXA, de la CCI, de Business France et de la Région.

https://www.insee.fr/fr/statistiques/3710252

Téléchargez l’étude de l’INSEE

Maison de l'Export : Actualité


3
juil

Enquête logistique - FRET

La Région Réunion, à travers La Maison de l’Export étudie des pistes d’amélioration de la chaîne logistique export depuis (...)
en savoir +
20
mai

Les inscriptions pour le Séminaire Ville Durable Océan Indien sont (...)

19 & 20 Juin 2019 - Port Louis, Ile Maurice L’Ambassade de France à Maurice en collaboration avec le Club Export (...)
en savoir +
5
avr

Réunion mensuelle des Conseillers au commerce extérieur (CCEF)

La section réunionnaise des Conseillers au commerce extérieur (CCEF), présidée par M. Bruno Millot, a convié ce jour le (...)
en savoir +