/ Actualité / Toute l’actualité

Festival Liberté Métisse 2017 - 8ème Édition

Grand public Culture
5 décembre 2017

Présentation Festival Liberté Métisse

Pour la 8 ème année consécutive, le Festival Liberté Métisse s’insère comme le point d’orgue de tous les événements culturels initiés durant l’année par la Région Réunion. Initié par la Région Réunion en 2010, ce festival est devenu au fil des ans un rendez-vous incontournable du calendrier culturel, pour commémorer l’abolition de l’esclavage. Il a pour ambition de porter les valeurs de l’île de La Réunion et des îles Vanille : respect, tolérance, métissage et mieux-vivre ensemble.

Labellisé « îles Vanille », le Festival Liberté Métisse contribue à la reconnaissance d’une culture métisse et d’une diversité culturelle, reflet de l’histoire des migrations, des influences, des échanges et des liens de filiation entre les îles et continents de l’Océan Indien. Cet événement est donc l’occasion de promouvoir l’identité indianocéanique, et de valoriser la culture et le patrimoine des îles Maurice, Réunion, Seychelles, Madagascar, Comores, et Mayotte.

Cette 8e édition du Festival Liberté Métisse poursuit la dimension nouvelle impulsée l’an dernier, à savoir l’ouverture sur le Grand Océan Indien. Ainsi, après la Chine et l’Afrique du Sud en 2016, l’édition 2017 mettra à l’honneur le Mozambique sur la thématique du « masque dans tous ses états ». Du 15 au 17 décembre à l’Etang- Salé-les-bains, c’est donc toute la culture Mozambicaine et celle des îles vanille qui seront représentées au travers d’expositions, de spectacles et de concerts …

Le métissage fait partie intégrante de nos valeurs, de nos richesses, de nos atouts pour bâtir ensemble une Réunion forte, fière et ambitieuse.

« La Réunion, nout’ culture métiss’, Nout’ fierté ! »

VOIR LE PROGRAMME

" Nous sommes ici filles et fils de l’Océan Indien, de France et d’Europe.
Nous avons appris depuis trois siècles à vivre les uns avec les autres. Nous
puisons notre détermination et notre sensibilité aux racines de l’Afrique,
de l’Inde, de la Chine, des autres îles, de la métropole bien sûr.
Nous avons incontestablement franchi ensemble des étapes importantes.
Il y a tout lieu d’être fier du chemin parcouru, en particulier depuis la
départementalisation et la fin de la période coloniale. Les succès sont
réels.
Les cicatrices restent parfois vives aussi. Nous portons toujours en
mémoire et dans notre chair pour chacun d’entre nous les épisodes les
moins glorieux de notre histoire. Le temps de l’esclavage bien sûr, de
l’asservissement de tant de femmes et d’hommes emprisonnés aux
chaînes de l’ignominie. Le temps de l’injustice, du rejet de toutes les
facettes de notre culture mélangée, où le maloya a longtemps été relégué
au rang des musiques, des danses et des chants interdits.
C’est de tout cela, du bon comme du mauvais, que nous devons nous
inspirer en permanence pour parvenir à ériger ensemble une terre
réunionnaise de toutes les couleurs, de toute les tolérances et de toutes
les audaces.

J’invite chacun à célébrer pleinement notre identité réunionnaise et nos
valeurs communes à l’occasion de cette nouvelle édition du Festival
Liberté Métisse.
La Réunion, notre culture, notre fierté."

Didier ROBERT - Président de la Région

 


 

Programme de l’espace marmailles :
Spectacles

 

- Tout au long du festival de nombreux ateliers et animations :
Ateliers créatifs : création de masques, d’animaux, d’affiches...
Espace ludo-cocooning avec jeux pour les tout-petits, espace livres, kapla.
Jeux de l’oie géant sur les fruits, légumes et animaux de La Réunion
Jeux lontan
Maquillage
Contes
Bar à jus marmailles

Vendredi 15 décembre

16h : Pssst
Théâtre des Alberts
Cabaret cirque pour marionnettes
Tout public
30 min

17h30 : Du Bruit dans les tuyaux
Compagnie La Ravine Rousse
Spectacle musical
A partir de 3 ans
35 min

18h15 : Concert des élèves du Conservatoire à Rayonnement Régional

Samedi 16 décembre

11h : Soro et le Grain de maïs magique
Compagnie La Vie à pied
Marionnettes d’ombres musicales
A partir de 9 mois
30 min

14h30 : La face cachée
Théâtre Bazar
Spectacle de marionnettes
A partir de 3 ans
40 min

17h :Du Bruit dans les tuyaux
Compagnie La Ravine Rousse
Spectacle musical
A partir de 3 ans
35 min

18h00 : Concert des élèves du Conservatoire à Rayonnement Régional

Dimanche 17 décembre

11h : Ti pas ti pois
Compagnie Alpaca Rose
Petite forme lyrique
0-3 ans
30 min

15h :Pssst
Théâtre des Alberts
Cabaret cirque pour marionnettes
Tout public
30 min

17h : Du Bruit dans les tuyaux
Compagnie La Ravine Rousse
Spectacle musical
A partir de 3 ans
35 min

17h45 : Concert des élèves du Conservatoire à Rayonnement Régional

 


Programmation musicale internationale

 

SPOEK MATHAMBO & BATUK

Avec le premier album du projet panafricain Batuk et un nouvel ep à paraître en juin, Spoek Mathambo s’impose pour de bon comme la star de l’electro sud-africaine.

A 30 ans, avec deux albums et quelques collabs (dont l’Africa Express de Damon Albarn), Spoek Mathambo a déjà bouleversé le paysage musical sud-africain et réussi – chose pas si évidente – à faire entendre ailleurs ce que la jeunesse locale, première génération post-apartheid, avait à dire au reste du monde.

A plusieurs, on est plus forts

C’est d’ailleurs comme ça qu’est née l’idée de Batuk, qui, au-delà du trio de base, rassemble des musiciens venus d’Ouganda (Giovanni Kiyingi, Annet Nandujja, Nilotica), du Congo (Lebon) et du Mozambique (Grupo Zore, Grupo Makarita).
Avec ce projet, poursuit-il, j’ai l’impression de créer du lien entre des personnes et des musiques très différentes. L’afro-house est quelque chose qui se répand de plus en plus dans les différentes régions d’Afrique, mais sans que les musiciens soient forcément liés entre eux. Au-delà des nationalités, je voulais montrer les points communs entre nous, et retirer quelque chose de tout ça.
Manteiga, qui est mozambico-sud-africaine et chante surtout en portugais, appuie l’idée comme une évidence : “A plusieurs, on est plus forts. Il y a plus à découvrir quand les esprits et les énergies se mettent en commun.”

Agrégat mutant de musiques traditionnelles, de soul et de techno, le premier album de Batuk est l’habillage sonore d’un monde neuf, débarrassé à la fois des carcans de genres et des horizons de diffusion. L’album s’appelle Música da Terra, c’est-à-dire “musique de la Terre” en portugais. Idée d’universalité ou rapport plus concret au sol, au dance-floor, aux origines aussi : peu importe, c’est le titre-monde d’un disque-monde conduit de bout en bout par la danse et la transe, les répétitions, les boucles, les slogans, les couleurs, un peu comme un mur de street art où chaque couche recouvre et réinvente celle d’en dessous, pour finir en collage insaisissable, abstrait, fascinant.


BATUK, le rythme comme langage universel

Un nouveau quatuor électronique déjà bien connu.

Empruntant le nom d’un tambour, le tout nouveau collectif artistique et électronique BATUK arrive avec une intention claire, réussir à unifier des peuples différents derrière un langage, celui du rythme.

Un postulat de départ qui pourrait sembler un peu utopique, ou tout du moins ambitieux, si ce n’est qu’à y regarder de plus près les membres de ce quatuor sud-africain nouvellement formé sont loin d’être des inconnus !
Derrière les tenues traditionnelles, les maquillages claniques, et autres parures villageoises, on retrouve la belle chanteuse, productrice et performeuse Nandi Ndlovu, le jeune prodige de la house des townships que tout le monde s’arrache, Aero Manyelo, l’artiste et directrice de théâtre mozambico-sud-africaine Carla Fonseca, et celui qu’on ne présente plus, le parrain de la musique électronique africaine, Spoek Mathambo.

Et le résultat est à la hauteur de la promesse ; revenus du Mozambique, où ils ont enregistré leur premier album, ils présentent un premier titre, « Daniel », qui aligne près de 6 minutes d’une house exquise, où les vocalises presque tribales de Nandi croisent l’itération lusophone de Carla Fonseca, au rythme régulier et obsédant des beats de Manyelo, et Mathambo :
- https://www.youtube.com/watch?v=REGghJLvOtI
- https://www.youtube.com/watch?v=kdr3G9oEudQ

Les amoureux du beat, les fanatiques de la transe, les obsédés de bourdonnements électroniques, les aficionados de la house music made in africa peuvent se réjouir et dès à présent ajouter BATUK à leurs playlists, le groupe s’annonce comme l’un des noms qui fera bouger la scène house de demain.
Il ne vous reste plus qu’à fermer les yeux, et à vous laisser porter par le rythme.


Spoek Mathambo

En six ans, le gamin grandi à Soweto est ainsi devenu l’un des ultimes apôtres du total mix. En 2011, le fascinant vidéoclip noir et blanc, filmé par le photographe Pieter Hugo himself, de sa reprise de "Control" de Joy Division l’avait révélé au-delà des seuls initiés. Après plusieurs projets au collectif (Fantasma puis Batuk), le voilà de retour au singulier du subjectif avec un nouveau disque manifeste, The Mzansi Beat Code. Enjeu, un état des lieux de ce qu’il nomme l’Apartheid Afterparty. Résultat : un mélange détonant de hip hop, de percussions telluriques et d’infrabasses tribales, une pure musique de club africain du futur.
- https://www.youtube.com/watch?v=oRBgUoy390k
- https://www.youtube.com/watch?v=d1CfJIySqEE

 
 
 
 
NB :

Batuk se produit dans le cadre du Festival Solidays à Paris (juin 2017), du Festival Un singe en été en Mayenne (juin 2017), du Festival Garorock à Marmande (juin 2017), du Festival Démon d’Or au Mont d’Or (juillet 2017), du Festival Couleur Café à Bruxelles (juillet 2017), du Festival Esperanzah en Belgique (août 2017).

Spoek Mathambo se produit dans le cadre des Docks du Sud à Marseille (octobre 2017), à la Laiterie à Strasbourg (novembre 2017), au Forum du Mans (novembre 2017). Il s’est également produit dans le cadre du Festival Banlieues Bleues (mars 2017).


Dolores :

Un travail de composition élaboré à partir de bribes de musiques traditionnelles (séga, maloya, bossa, musiques cadiennes, haïtiennes, celtes) qui voyagent dans l’univers du groupe et qui, à son contact, se transforment.
Une démarche de travail qui vient concrétiser l’envie d’une musique rêvée, d’une évolution possible de la musique traditionnelle. Les textes des chansons,
écrits en créole réunionnais, posent le décor de l’histoire de Dolores avec une poésie directe et puissante.

site internet : doloresboyer.com


Arts plastiques

 

LYDIE ARICKX,

Lydie Arickx fréquente assidument depuis de nombreuses années l’île de la Réunion.
Elle commence discrètement par y réaliser des cahiers de dessins mêlant peintures, terres et végétaux trouvés sur place. Elle y découvre avec fascination et respect une terre puissante et débordante de vitalité. Une terre d’énergie, une terre de résurrection.
Lydie Arickx revient en Résidence pour œuvrer à bras ouverts avec la population à travers :
des performances en direct, lors du Festival Liberté Métisse, des expositions, conférence, projections et ateliers de créativité au musée Stella Matutina, des ateliers d’expression avec les enfants (Association Ti Prince marmailles) ainsi que des peintures d’après modèles en réalisant les portraits des anciens de l’île. Une exposition réunissant toutes ces initiatives réalisées sur place, se tiendra à la Maison de la Région du 6 au 26 janvier 2018.

L’œuvre réalisée à l’Étang-Salé lors du festival Liberté Métisse veut symboliser la diversité et la richesse de cette île et de ses habitants. Un véritable arc en ciel de couleurs illuminera la toile sous le regard du public. Lydie Arickx peindra des masques géants sur une longueur totale de 30 mètres, réalisés à l’aide de peintures fluorescentes éclairées en lumière noire.
Cette « acte offert » placé sous le signe de la tolérance rendra hommage à tous les Réunionnais, à leur île merveilleuse, à la richesse de leurs cultures et à la vie qu’elle insuffle en nous à chaque instant.

« Dès ma première rencontre avec l’île de la Réunion, j’ai été fasciné par la générosité et l’opulence d’une nature puissante, inspirant le respect et l’humilité. Cette terre d’accueil riche d’une diversité culturelle unique au monde, m’a donné envie de témoigner de ce ressenti à travers le regard de ses habitants. Être associée au festival Liberté Métisse est pour moi la chance de pouvoir traduire à travers l’acte créatif, la vision plurielle d’une humanité en harmonie et la force du vivre ensemble Réunionnais. »


 




 

 
 

PHOTOS

Les aides et services associés au thème de l’article :
Culture
Grand public