/ Actualité / Toute l’actualité
Retour

La Réunion Éco-Positive - Bilan énergétique de la Réunion

Association Entreprise Grand public Développement durable Économie Emploi
3 juillet 2020

La Région, acteur du Développement Durable à la Réunion

« Je milite pour un modèle réunionnais d’une bioéconomie qui concilie économie et écologie »
Didier ROBERT


CONCILIER ÉCONOMIE ET ÉCOLOGIE POUR NOTRE ÎLE

Je travaille avec l’équipe régionale à doter La Réunion d’un nouveau modèle de développement qui permette de concilier économie et écologie. Je milite pour un modèle de bioéconomie compétitive où la préservation de l’environnement est considérée non pas comme une contrainte, mais comme une opportunité.

Cet état d’esprit imprègne chacune de nos actions dans l’ensemble de nos champs de compétences : déplacements, transports, formation, économie…

C’est dans cette démarche que nous nous inscrivons pour les grands chantiers à l’image du Run Rail ou encore de la NRL, qui permettra de régler une fois pour toute la question de la sécurité des usagers sur cet axe vital de communication pour notre île.
Sur ce chantier, dont l’objectif premier est la sécurité, ce sont près de 80 millions d’euros, soit 5 % du budget total, qui sont mobilisés pour la restitution du site en l’état et pour la préservation de la biodiversité.
L’objectif de la collectivité régionale est clair, parvenir à l’autonomie électrique à l’horizon 2030.

La transition énergétique représente en effet un impératif écologique qui se pose à l’échelle planétaire dès lors que nous pensons à notre avenir et aux générations futures. C’est aussi, pour notre territoire, l’opportunité de créer de nouvelles filières porteuses d’activités et d’emplois pour les Réunionnais, tout en préservant le patrimoine naturel de notre île.

La Région consacre chaque année des investissements importants pour développer les énergies renouvelables et augmenter le recours aux ressources naturelles locales abondantes que sont le soleil, l’eau, la biomasse...

En matière de stratégie de gestion des déchets, un enjeu crucial sur notre île, la Région fait le choix réaliste et nécessaire, d’évoluer vers un modèle dans lequel les déchets seront réduits au minimum et transformés en de
nouvelles ressources.

La mise en oeuvre d’un tel circuit d’économie circulaire peut seul nous permettre d’atteindre notre objectif “Zéro déchet” d’ici à 2030.

C’est avec la participation de chacun que nous construirons ensemble une île verte, décarbonée, où la transition énergétique, se révélera un atout pour l’activité, l’emploi et la cohésion sociale sur notre territoire.

Didier ROBERT
Président du Conseil Régional
Vice-Président de Régions4 pour la zone Asie et Pacifique


Bilan Énergétique de la Réunion
Les chiffres clés de 2019

- la production électrique
- les forces du territoire
- La Réunion et les autres territoires
- les directives locales et nationales
- l’OER et Horizon Réunion
- Cartographie des principaux acteurs de l’énergie
Télécharger le dossier de presse du Bilan énergétique de la Réunion


VERS UNE MOBILITÉ DURABLE

RUN RAIL UN TRANSPORT PROPRE, MODERNE ET RAPIDE

Conformément au SAR, un Réseau Régional de Transport Guidé (RRTG) s’étendant sur 150km entre Saint-Joseph et Saint-Benoît en passant par le littoral ouest est attendu pour connecter les principaux pôles urbains de l’île.
Le Run Rail, long de 10km, est conçu (premier tronçon), comme la colonne vertébrale des transports en commun de l’île et accompagne-ra la mise en place du maillage du territoire et la structuration du tissu urbain de La Réunion.
*TCSP : Transports Collectifs en Site Propre
**EPCI : Établissement Public de Coopération Intercommunale

AU 1ER JANVIER 2020 :
+ 11,5 KM DE TCSP* RÉALISÉS SUR LE RÉSEAU
ROUTIER NATIONAL ET
13,5 KM FINANCÉS SUR LE RÉSEAU DES EPCI**
(DONT 7 KM EN COURS DE RÉALISATION).

CAR JAUNE UNE OFFRE EFFICACE

Depuis le 1er janvier 2017, la Région compétente pour le réseau interurbain modernise le Car Jaune.
Les véhicules sont désormais dotés du Wifi , d’un système de billettique sans contact, de l’Open Payment, d’un calculateur d’itinéraire pour faciliter les correspondances. Après avoir renforcé la flotte par 13 nouveaux bus dont 4 cars à étage, la Région Réunion a initié, en février 2020, l’expérimentation du
service de trottinettes électriques “Trace”. 15 ambassadeurs testent les trottinettes Trace Car Jaune et participent ainsi à l’amélioration et à l’ajustement du service avant son déploie-ment généralisé.

PROMOUVOIR L’USAGE DU VÉLO

La première des actions de la Région Réunion en faveur de l’usage du vélo est la création d’une voie vélo régionale (VVR).
À La Réunion, le linéaire des itinéraires cyclables primaires et opérationnels est de l’ordre de 182 km à ce jour.
Environ 121,3 km relèvent de la gestion de la collectivité régio-nale. L’essentiel de ces aménagements est situé sur la partie littorale du réseau routier et constitue l’ossature de la Voie Vélo Régionale (VVR) s’étendant sur 116,3 km.
En 2020, 3 km supplémentaires sont engagés en travaux sur la VVR :
- 2km à St Paul, le long de la RN1A entre la bretelle de sortie de Bellemène et le giratoire Sabiani
- 600m le long de la RN2, entre Sainte-Marie et Sainte-Suzanne, avec création de passerelles de franchissements
- 250m sous la RN1 entre la ZAC Roland Hoarau à Pierrefonds et le pont de la rivière Saint-Etienne.


LA MODIFICATION DU SAR (Schéma d’Aménagement Régional) APPROUVÉE UN DOCUMENT STRATÉGIQUE

Conformément à l’article L.4433-7 du Code Général des Collectivités Territoriales, La Région Réunion formalise ses engagements, en matière d’aménagement, au travers d’un Schéma d’Aménagement Régional (SAR). Élaboré en cohésion avec les SCOT, PLU, POS, la Charte du Parc National de La Réunion, ce document stratégique de planifi cation régionale a récemment fait l’objet d’une modifi cation, afi n d’y intégrer
5 projets présentant un nouvel intérêt régional :
- la réalisation d’un TCSP de type transport par câble entre Saint-Denis et La Montagne
- l’inscription de deux espaces carrières pour les besoins de la NRL, aux lieux dits “Ravine du Trou et les Lataniers”
- la réalisation de bassins de baignade, en lien avec la gestion du risque requin
- l’extension de la Station d’Épuration des Eaux Usées de Pierrefonds
- la mise aux normes de sécurité de la piste de l’aéroport de Pierrefonds.

Organisée du 30 septembre 2019 au
6 novembre 2019 sur les 24 communes de l’île, à la préfecture de La Réunion ainsi que dans les sous-préfectures et à l’Hôtel de Région, une consultation publique a permis la remontée de quelques 250 observations.


VERS L’AUTONOMIE ÉNERGÉTIQUE LA RÉUNION FAIT SA GREEN RÉVOLUTION

BON À SAVOIR
LE PROJET DE PPE (Programmation Pluriannuelle de l’Énergie)
RÉVISÉE POUR 2019-2028 A POUR OBJECTIFS :

➜ un mix électrique 100% énergies renouvelables à l’horizon 2030,
visant 79% dès 2023 et 81 % en 2028,
➜ des ambitions de réduction de la consommation d’énergie
amplifiées,
➜ le développement de la production électrique à partir d’énergies
renouvelables (photovoltaïque et biomasse)
➜ des mesures en matière de transports et de déplacements

“Territoire sentinelle” des enjeux auxquels tous les territoires
de la Planète seront confrontés, La Réunion veut démontrer
qu’il est possible de fixer des objectifs ambitieux en matière
de transition écologique et énergétique.
La Région Réunion copilote la Programmation Pluriannuelle
de l’Énergie (PPE) pour un objectif d’autonomie électrique de
l’île d’ici à 2030.
Pour concrétiser cette ambition, la collectivité s’appuie sur
deux piliers : l’efficacité énergétique et le développement des
énergies renouvelables. En 2019, une enveloppe de 38 M€ a
été consacrée à cet objectif.

EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE FAIRE MIEUX AVEC
MOINS

L’efficacité énergétique repose sur l’ensemble des technologies
et pratiques qui permettent de diminuer la consommation
d’énergie tout en conservant le même résultat. Isoler sa maison,
utiliser des ampoules à basse consommation, s’équiper
en électroménager de catégorie A ou supérieur, favoriser
le co-voiturage ou les transports en commun, s’équiper en
chauffe-eau solaire ou encore produire sa propre électricité…
sont autant d’habitudes qui permettent de réduire la consommation
énergétique, l’impact environnemental, tout en préservant
la qualité du service final.

DÉVELOPPER LES ÉNERGIES
RENOUVELABLES QUAND LA CANNE À
SUCRE PRODUIT DE L’ÉNERGIE

Pour La Réunion, fortement dépendante des énergies fossiles,
l’objectif premier réside dans la maîtrise des consommations
d’énergie et le développement des énergies renouvelables
en utilisant les ressources locales : la biomasse, les énergies
solaires et hydrauliques. Le schéma régional biomasse (Région,
État, Département, ADEME) a permis de répertorier
l’ensemble des gisements de biomasse mobilisables. Plus de
70% de ce potentiel est déjà entièrement valorisé à partir de
la bagasse des sucreries. La valorisation énergétique de
la biomasse conforterait les filières agricoles existantes,
soutiendrait le développement des filières de combustion
et intensifierait le développement de la méthanisation et
d’autres filières innovantes (gazéification…).

DES DISPOSITIFS POUR DIMINIUER LA
FACTURE ENERGÉTIQUE DES FAMILLES

BON À SAVOIR :
LA RÉUNION, “MEILLEURE ÉLÈVE”
À l’échelle nationale, La Réunion est actuellement la meilleure
élève en termes de diagnostics énergie. Depuis la mise en place
du dispositif SLIME (Service Local d’Intervention pour la Maîtrise
Locale de l’Énergie) en 2014, près de 22 000 familles ont bénéficié
de visites à domicile. Chaque année, 5,8 mWh sont économisés.

La Région Réunion met en place des dispositifs concrets destinés
à réduire les émissions de gaz à effet de serre, diminuer
le volume d’importation de carburant fossile, augmenter le
nombre de logements équipés en chauffe-eau solaire. Parmi
les actions mises en oeuvre par la Collectivité : le guichet mobile
“La Réunion Ecopositive” permet d’informer les Réunionnais
sur l’éventail de dispositifs déployés en direction des réunionnais
afin de leur permettre de réduire leur facture d’électricité.

SLIME (Service Local d’Intervention pour la Maîtrise de
l’Énergie)

Dispositif d’accompagnement national, le SLIME est cofi nancé
par la Région Réunion et EDF, et sa mise en oeuvre est assurée
par la SPL Horizon Réunion. Conçu comme un guichet unique,
le SLIME permet d’identifi er les ménages en situation de précarité
énergétique pour les orienter vers les différents interlocuteurs
et dispositifs d’aide existants : aide à l’installation
de chauffe-eau solaire, isolation de leur logement, conseils
et accompagnements de l’ADIL, du CAUE ou des EIE de La
Réunion. Les visites à domicile sur toute l’île, sont réalisées
par les ambassadeurs de l’énergie de la SPL Horizon Réunion.
En fonction des besoins, ces derniers remettent gratuitement
des équipements fournis par EDF Réunion dans le cadre des
actions Agir Plus : lampes LED, régulateurs de débit, douchette
économe. Près de 2,3 M€ ont été mobilisés, soit près de
6 000 dossiers instruits en 2019.

➜ ÉCOSOLIDAIRE

Le dispositif écosolidaire s’adresse aux familles aux revenus
modestes afi n d’équiper leur logement d’un chauffe-eau solaire.
L’aide régionale apportée couvre le coût HT du matériel
et de la pose (la TVA de 8,5% ou 2,1%, selon l’âge de la maison,
est à la charge de la famille) :
• à hauteur de 1 200 € HT par EDF ;
• à 70 % du montant restant par le FEDER ;
• à 30 % du montant restant par la Région Réunion.

➜ CHÈQUE PHOTOVOLTAÏQUE

Cette subvention régionale s’adresse à des particuliers ou
des agriculteurs qui en font la demande pour l’installation de
centrales photovoltaïques individuelles, acquises auprès d’un
professionnel partenaire du dispositif. Les prestations éligibles
au chèque photovoltaïque sont l’installation complète en toiture
de centrales raccordées au réseau, couplées ou non à un
système de stockage, de puissance comprise entre 1 et 9 kWc.
LES MONTANTS DE L’AIDE VERSÉE :
• 1 000 € à 3 000 € par subvention accordée, pour les installations
sans système de stockage,
• 2 000 € à 6 000 € par subvention accordée, pour les installations
avec stockage.
(400 accords de subvention notifi és et 194 installations payées
en 2019)

CHIFFRES CLÉS DE 2011 À 2019
• 5 967 chauffe-eau solaires installés
• 8,9 GWh économisés en 2019 grâce à Écosolidaire
• 1 491 chèques photovoltaïques versés (dont starter)
• 0,96 GWh produits en 2019 grâce au chèque photovoltaïque
• 15% d’économie annuelle en moyenne soit 60 € à 170 € par foyer par an


3 QUESTIONS À ALIN GUEZELLO, CONSEILLER RÉGIONAL

Quels sont les atouts de La Réunion pour s’imposer
sur la scène mondiale comme un modèle de lutte et
d’adaptation face au changement climatique ?

A.G : Au-delà de tirer avantage de ressources naturelles
multiples qui sont autant de potentiels en énergies
renouvelables, l’île de La Réunion conduit une politique
qui inclut toutes les strates de la population, au travers
de la défi nition d’objectifs précis et pertinents, dans un
contexte aussi particulier que le nôtre.

En quoi la politique énergétique régionale est-elle
innovante ?

A.G : Les actions portées par La Région Réunion
s’appuient sur une réfl exion qui tend vers une vision
globale : ne plus penser énergie et climat mais énergieclimat.
Cette ambition suggère de décloisonner et
sectoriser toutes les réfl exions, stratégies et opérations.
En prenant en compte les récits de toutes les parties
prenantes, nous nous rapprochons de plus en plus de nos
objectifs et de la réalisation de nos projets.

Quels sont les enjeux socio- économiques d’une telle
démarche ?

A.G  : La politique énergétique menée par la Région
Réunion fait de la justice et de la solidarité climatique une
priorité, afi n de réduire les inégalités sociales. En outre, la
réduction de la facture énergétique générée contribue
à diminuer l’empreinte carbone du territoire. Modèle
d’adaptabilité, l’île de La Réunion poursuit ses actions
et ses engagements pour une île autonome et à basse
émission de gaz à effet de serre, comme le préconise la
Programmation Pluriannuelle de l’Énergie.


LA NRL, CHANTIER EUROPÉEN EXEMPLAIRE AVEC 150 MESURES VERTES ET BLEUES

La Région Réunion a choisi d’inscrire le chantier
dans une démarche exemplaire de préservation
d’un site considéré comme “hotspot” mondial
de biodiversité. Pour répondre à cet impératif
et relever le défi que représente l’impact d’une
infrastructure multimodale de 12 km en mer sur un
milieu sensible, la collectivité a voté une enveloppe
inédite de 80 millions d’euros, soit 5% du budget
global contre 1 à 3% en moyenne pour les chantiers
d’envergure équivalente au profit du moindre
impact environnemental. Cet ouvrage achevé à
80 %, émarge aux financements européens / État
/ Région. Les partenaires visent l’exemplarité
environnementale en prenant les mesures destinées
à éviter, réduire et compenser les effets négatifs
notables du chantier sur l’environnement.

LA PRÉSERVATION DES MAMMIFÈRES MARINS

➜ DES MESURES D’ÉVITEMENT ET DE RÉDUCTION :

• avant et après les travaux bruyants sous-marins, des survols
ULM ont permis de s’assurer de l’absence de mammifères
marins
• 4 hydrophones fixes ont été implantés à 750 m du chantier et
à 20 m de profondeur pour une mesure en continu et en temps
réel du bruit sous-marin
• des dispositifs spécifiques ont été mis en place par les
entreprises pour atténuer l’impact des travaux bruyants sousmarins
(rideaux de bulles pour contenir les bruits sous-marins,
dispositif d’éloignement des individus avant des opérations
potentiellement bruyantes/ramp up…)

➜ DES MESURES DE COMPENSATION :

• L’équipe Quiétude est une équipe dédiée à la mise en oeuvre
d’une démarche opérationnelle de suivi de l’activité de whale
watching à La Réunion.

DES MESURES SPÉCIFIQUES AUTOUR DES ZONES ÉCOLOGIQUES SENSIBLES

➜ LA QUALITÉ DE L’EAU – LA PROTECTION DES ZONES
SENSIBLES

4 bouées de mesures de la turbidité ont été placées au niveau
des zones sensibles : Banc des Lataniers et Pointe du Gouffre
pour une surveillance, en continu, des variations du taux de
matières en suspension.

➜ LA PRÉSERVATION D’ESPÈCES ENDÉMIQUES
VÉGÉTALES ET LA LUTTE CONTRE LES ESPÈCES EXOTIQUES
ENVAHISSANTES

Le chantier n’impacte pas directement le milieu terrestre
constitué de la falaise et du Massif de La Montagne.
Au vu de l’intérêt marqué par la présence d’une flore rare à
l’échelle de l’île voire de l’océan Indien, certaines espèces font
l’objet de mesures compensatoires et de suivi, comme le Bois
de Paille-en-queue.

➜ LA RESTAURATION DE 5 HECTARES DE PLAGES POUR
LA PONTE DES TORTUES MARINES

Inscrite dans le cadre du Plan National d’Actions Tortues
Marines, cette action poursuit l’ambition d’accroître le
nombre de sites favorables à la ponte des tortues marines sur
la côte ouest réunionnaise. L’action se traduit également par
la mise en oeuvre d’ateliers de découverte et de plantations
à destination du grand public et des scolaires. Le Centre
d’Étude et de Découverte des Tortues Marines (CEDTM) s’est
vu confier la mise en oeuvre de cette mesure par la Région
Réunion depuis 2016.

LA PROTECTION DES OISEAUX MARINS

➜ DES MESURES D’ÉVITEMENTS ET DE RÉDUCTION
CONTRE LES ÉCHOUAGES :

Sur le chantier des éclairages respectueux de l’avifaune marine
sont mis en place avec :
• des lumières de couleurs jaune-orangées et orientées vers le
sol, afin de ne pas attirer ni désorienter les oiseaux ;
• 50 jours d’interdiction d’éclairage en période de risque
d’échouage massif (réparties entre les mois de décembre et
avril).

➜ DES MESURES DE COMPENSATION

La Région accompagne et finance le plan de conservation des
puffins de La Réunion et le plan national d’actions en faveur
du Pétrel de Barau 2018-2027 dans le cadre des mesures
compensatoires associées à la construction de la Nouvelle
Route du Littoral.


CONSTRUIRE UN MODÈLE DE BIOÉCONOMIE AUTOUR DE L’ÉCONOMIE CIRCULAIRE

UN SCÉNARIO “ZÉRO DÉCHET”
CRÉATEUR D’EMPLOI

Depuis 2018, conformément aux recommandations de la commission
européenne, La Région Réunion est engagée pour un
scénario “Zéro Déchet” à l’horizon 2030. Son Plan Régional
d’action en faveur de l’économie circulaire (PRAEC) prévoit :
➜ une réduction de 27 % des Déchets Ménagers et Assimilés
en 2030 au travers de la diminution de la production de
déchets, la collecte séparative des biodéchets et la mise en
place de la tarifi cation incitative
➜ le développement des recycleries, des ressourceries et
des ateliers de réparation,
➜ la valorisation énergétique des déchets par un procédé
respectueux de l’environnement
La Région soutient l’économie circulaire pour un modèle
d’économie positive et une intervention à trois niveaux :
>produire sobrement (via l’éco-conception notamment)
> optimiser et allonger l’usage (via l’économie du partage,
le réemploi )
> préserver la matière (grâce au compostage ou au recyclage)
Ce modèle permet de passer d’une économie linéaire “produire,
consommer, jeter” à une économie créatrice d’activité
et d’emplois, un modèle vertueux.

Des outils en faveur de
l’économie circulaire

La Collectivité accompagne les associations
et les entreprises dans
leur transition écologique, oeuvre
pour une structuration des fi lières,
soutient le recyclage et aide au développement
de solutions vertes
telles que les “ressourceries” ou
autres ateliers de réparation et de valorisation. En parallèle,
elle multiplie les actions de sensibilisation, auprès de la jeunesse
notamment.

Parmi les dispositifs déployés :

> Un Réseau pour Éviter le Gaspillage Alimentaire à La Réunion
(REGAL)
dédié à l’accompagnement et à la mise en oeuvre de la
lutte contre le gaspillage alimentaire.
Objectif annoncé : -50 % de gaspillage alimentaire d’ici 2025.
> Un concours “L’économie circulaire à La Réunion : tous ensemble
 !” élaboré en partenariat avec le Rectorat. Objectif : Faire
prendre conscience aux jeunes de comprendre qu’ils peuvent
contribuer à changer ce modèle économique linéaire pour un développement
de leur environnement plus rationnel et plus durable.
> La création de 2 programmes d’accompagnement à la transition
écologique
, à la création et au développement des entreprises
(POE FEDER 2020/2021)
> Des appels à projets régionaux en partenariat avec
l’ADEME, articulés autour des 5 volets de la boucle pour l’économie
circulaire :
• l’éco-conception des produits
• l’écologie industrielle et territoriale
• l’économie de la fonctionnalité
• la consommation responsable et l’éducation des citoyens à la
consommation durable et l’ÉcoLabel Européen
• l’allongement de la durée d’usage
• le recyclage et la valorisation

CHIFFRES CLÉS

• En 2018, 25 projets ont été soutenus pour un montant global
cumulé de plus de 1,5 M€
• En 2019, 23 projets ont été soutenus pour un montant global cumulé
de plus de 1,2 M€
• En 2020, 27 dossiers en pré-candidatures ont d’ores et déjà été
réceptionnés.


NATHALIE NOEL CONSEILLÈRE RÉGIONALE EN CHARGE DE L’ÉCONOMIE
CIRCULAIRE DE L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE

La bioéconomie et l’économie circulaire pour une transition écologique de La Réunion

Les différentes crises successives
nous amènent à remettre en
question le modèle linéaire ;
extraire, fabriquer, consommer,
jeter, sur lequel l’ensemble des
économies mondiales se sont
construites. Ce modèle crée des
dépendances commerciales,
énergétiques et sociales en
tension pour l’équilibre de notre
environnement. Il nous éloigne
des atouts de nos territoires en allant chercher plus loin des
ressources qui constituent autant de déchets à traiter. Pourtant,
la biodiversité, les micro-climats, font de La Réunion un territoire
propice pour répondre aux besoins premiers de sa population.
La biéconomie et l’économie circulaire sont des modèles sur
lesquels nous pourrions nous appuyer pour réussir cette transition.
Les différents projets de bioéconomie, que la Région Réunion
accompagne, sur le développement des fi lières agroalimentaires,
la bioénergie, l’économie bleue, la santé et l’écotourisme sont
des atouts pour répondre à un développement en circuit court. Le
Plan Régional de l’Economie Circulaire, en soutenant des actions
sur la logique d’approvisionnement durable, sur l’éco-conception
à partir de ressources naturelles du territoire, sur l’écologie
industrielle, sur l’économie de la fonctionnalité (mutualisation et
solidarité), sur le recyclage, le réemploi pourrait amener à une
consommation plus responsable répondant à l’urgence de la
résilience de notre territoire.


➜ MOBILITÉ DURABLE/TRANSPORTS EN COMMUN
➜ ÉCONOMIE CIRCULAIRE, DE NOUVEAUX EMPLOIS
➜ PROTECTION DE LA BIODIVERSITÉ RÉUNIONNAISE
➜ DÉVELOPPEMENT DES ÉNERGIES RENOUVELABLES
➜ AMÉNAGEMENTS RÉFLÉCHIS, INTELLIGENTS
➜ MESURES ENVIRONNEMENTALES DU CHANTIER DE LA NRL








Les aides et services associés au thème de l’article :
Développement durable
Économie
Emploi
Association
Entreprise
Grand public