/ Actualité / Journal

Le Séga dans l’âme créole

Grand public Culture Musique
16 novembre 2017

Musicien péi, guitariste, passionné de Jazz, professeur au CRR et ambassadeur de l’identitié créole réunionnaise, Henry-Claude Moutou s’anime, s’éclaire et illumine quand il parle Séga et musiques réunionnaise. Rencontre avec un passeur de traditions musicales.

QU’EST-CE QUE LA MUSIQUE RÉUNIONNAISE POUR VOUS ?

« La Réunion c’est le maloya, le séga, les romances créoles et l’apport des « ti blancs des hauts » : la musique presque européenne comme les scottish, les valses, la polka, la marzurka,…et qui, malheureusement, lé en train d’perd aujourd’hui. La dedans ou néna le violon, l’accordéon diatonique, l’accordéon la bouche, « la muzik la geul » i appel sa, c’est-à dire l’harmonica, le banjo et/ou la mandoline…Tout ça i donne ces airs européens que l’a maillé un ti peu avec la tourderie du séga d’ici, et que les Rodriguais et les Seychellois et une partie de Maurice aussi, l’a du préserver. Malheureusement, ici i reste très peu de musiciens qui jouent encore comme ça. »

ET LE SÉGA ?

« Le séga, c’est la vie réunionnaise. C’est un rythme. C’est une chanson. C’est une danse. C’est un état d’esprit. C’est un état d’âme. C’est la carte d’identité d’une population. Ou voit ça surtout quand ou lé à l’extérieur de La Réunion. C’est nout richesse. Il faut la développer et la mettre en avant, donne a li sa lettre de noblesse. Le séga, le maloya, toutes les musiques d’La Réunion, faut pas faire de différence, faut mette tout avec : c’est le patrimoine musical réunionnais. »

LE PRMA, LA DAC-OI ET LA RÉGION ONT RÉALISÉ UNE EXPOSITION SUR LA MUSIQUE RÉUNIONNAISE, TOUT PARTICULIÈREMENT SUR LE SÉGA. QU’EN PENSEZ-VOUS ?

« C’est une très bonne chose ! C’est une façon de reconnaître toutes les personnes qui ont oeuvré dans ce domaine depuis longtemps. Si nou fait rien, nou va perde ce patrimoine. Il faut regarder derrière quand même, parce qu’il y a tout un pan de la musique que les jeunes artistes ne connaissent pas. Ils jouent sans faire référence au patrimoine, à la marmite de séga ou à la romance qui existe avec les anciens. »

AUTREMENT DIT : PERPÉTUER LES TRADITIONS ?

« I faut que les jeunes compositeurs i regardent un peu ce séga lontan là, comment li lé fait, pour zot bâtir un nafair dessus, avec un regard d’aujourd’hui. Ou néna des pépites de la chanson réunionnaise qui restent gravées. Si i joué encore aujourd’hui, c’est que ces artistes des années 50 à 80, l’a fait des choses importantes dans l’histoire de la musique à La Réunion, et que ces musiques de l’époque sont devenues des classiques. Le jeune néna un regard plus ouvert sur le monde, mais i faut que dans son univers i garde ses racines. C’est ça qu’il faut transmettre aussi à nos jeunes. »

 
 


EXPOSITION : « PORTRAITS DES MUSICIENS TRADITIONNELS, DE 1930 À NOS JOURS »

Le Pôle Régional des Musiques Actuelles de La Réunion (PRMA) a pour mission de collecter, archiver et valoriser toutes les informations sur les pratiques traditionnelles de la zone océan Indien : archives musicales, sonores, partitions, iconographies, vidéos… Après le maloya en 2010, le PRMA souhaite aujourd’hui valoriser le séga, la genèse du répertoire, ainsi que les artistes disparus ou actifs et contemporains. Le prémisse de l’exposition, visible à la Villa de la Région jusqu’au 26 novembre, relate 40 portraits d’artistes d’Alain Peters à Luc Donat en passant par Bernadette Ladauge, Georges Fourcade, Ségaël ou encore René-Paul Elléliara… L’exposition complète sera visible courant 2018 et permettra au public de jouer la musique, de la vivre et la danser, et d’en découvrir toutes les étapes et les acteurs.


CONTACT

➜ PÔLE RÉGIONAL DES MUSIQUES ACTUELLES DE LA RÉUNION
47 rue François de Mahy - BP 30312 - 97827 Le Port Cedex
- 0262 90 94 60
- www.runmuzik.fr








Les aides et services associés au thème de l’article :
Culture
Musique
Grand public