Route des Tamarins : un an de mise en service - MERCREDI 23 JUIN 2010

Le 23 juin 2010
JPEG - 36.5 ko

Madame le député-maire,

Monsieur le Préfet,

Madame la Présidente du Conseil général,

Mesdames et Messieurs les Parlementaires,

Messieurs les Maires,

Mesdames et Messieurs les élus,

Mesdames et messieurs, membres de la famille de Pierre Lagourgue,

En venant célébrer la première année de mise en service de la route des Tamarins, je tenais d’abord à saluer la réalisation d’une ambition affirmée il y a près de 20 ans maintenant pour la première fois.

La route des Tamarins est l’aboutissement, nous le savons tous, d’un projet collectif qui a réuni la Région bien sûr, l’Etat, l’Europe, mais aussi les entreprises, techniciens, salariés qui se sont fortement impliqués pour ce chantier.

C’est le résultat de longues années d’efforts conjugués. C’est aussi la démonstration de la continuité et de la volonté en politique, une démarche évidente pour des projets qui font naturellement consensus.

Pierre LAGOURGUE, Camille SUDRE, Margie SUDRE, Paul VERGES, 4 présidents de Région, qui au-delà des clivages et des oppositions, ont su fait preuve d’une détermination commune pour porter une réalisation conforme à l’intérêt général et à une vision globale de l’aménagement de notre territoire.

En rappelant ce travail de longue haleine, je voudrais rendre un hommage particulier au Président Pierre LAGOURGUE, qui, dès 1991, fit adopter par notre Assemblée le principe d’une autoroute des Hauts de l’Ouest.

C’est sur la base de cette décision qu’allait être lancée une action d’envergure dont nous mesurons aujourd’hui tous les effets positifs.

Nous le savons, de très longues années, peuvent séparer un projet de sa concrétisation. Aussi les initiateurs de ces grands projets n’ont-ils pas toujours l’occasion de les voir se réaliser et s’achever durant leur existence.

C’est pourquoi j’ai tenu à saluer, en ce jour anniversaire, la mémoire de Pierre LAGOURGUE, la mémoire de ce « bâtisseur » à qui nous devons beaucoup.

J’adresse donc un salut particulier à la famille de Monsieur LAGOURGUE, à sa femme, Monique, à ses enfants ; je les remercie chaleureusement de leur présence aujourd’hui.

Après un an de mise en service de la Route des Tamarins, ce sont entre 30.000 et 60 000 véhicules qui empruntent, chaque jour, ses 34 kilomètres, ses 4 ouvrages d’art exceptionnels, ses 3 tunnels et tranchées ouvertes ainsi que ses 22 ouvrages d’art classique.

Je pense aussi au désenclavement indispensable des bourgs de mi-hauteur. Pas moins de 9 diffuseurs assurent aujourd’hui un accès et ouvrent de nouvelles perspectives. En assurant un véritable maillage entre la route des Tamarins et le réseau secondaire, le désenclavement des espaces à mi-hauteur est devenu un facteur de développement économique et de mieux-être social.

C’est pourquoi je tiens à féliciter chaleureusement ses concepteurs, les artisans et tous les sous-traitants qui ont participé au chantier, ainsi que les sociétés qui ont su brillamment concilier le respect des paysages avec un projet de cette ampleur.

La qualité environnementale de l’ouvrage ajoute encore à la fierté de ceux qui y ont travaillé. Cet ouvrage atteste, à tout point de vue, d’un effort particulier pour prendre en compte des critères essentiels comme l’environnement, le bruit, le respect de la biodiversité ou des énergies renouvelables.

La vocation touristique de la route des Tamarins constitue aussi une dimension importante que nous avons souhaité mettre davantage en exergue. A titre d’exemple, l’aire du tabac où nous nous trouvons aujourd’hui est une parfaite illustration des nouveaux balcons panoramiques ouverts depuis St Gilles jusqu’à la Pointe au sel.

Parallèlement, 8 sentiers pédestres seront livrés dans les semaines à venir ; par leur rétablissement et leur aménagement parfois important, l’idée était de montrer que derrière cet axe routier, il y avait des points de vue et des espaces aménagés pour conserver les liens et les lieux de mémoires et de vies.

Je suis sûr que les Réunionnais apprécieront cette heureuse complémentarité entre un axe transversal qui favorise les déplacements et la réouverture de ces sentiers qui font notre histoire. Je profite de notre rencontre pour remercier l’association Sentiers Lontan et Patrimoine ainsi que la SAFER pour le travail remarquable qu’ils ont réalisé.

Dès le mois d’août, chaque lieu touristique, comme le Maïdo, sera indiqué, chaque sentier ayant une valeur patrimoniale ou touristique comme celui de la borne de Châteauvieux sera mentionné, nos musées, celui de Villèle, de Stella Matutina, les structures à vocation touristique, comme le Conservatoire Botanique de Mascarin ou encore Kélonia, ne seront bien sûr pas oubliés.

Mais notre responsabilité collective est désormais de franchir une étape de plus pour un aménagement mieux équilibré de notre territoire. Je parle bien évidemment du Schéma d’Aménagement Régional que nous nous engageons à valider d’ici la fin de l’année. Je parle aussi des nouveaux chantiers que nous devons impulser et concrétiser.

Nous le constatons tous les jours, la mise en service de la route des Tamarins a entraîné de nouveaux déplacements et une nouvelle répartition des flux et des usages. Le trafic global dans l’Ouest a augmenté de 20% pour atteindre dans le secteur de Cambaie/Savannah près de 80 000 véhicules par jour. Ces déplacements supplémentaires sont à l’origine de ralentissements, de bouchons qui augmentent considérablement les temps de trajets.

Il nous faut tenir compte aujourd’hui de ces conséquences et prendre de nouvelles orientations.

Le premier engagement que nous prenons, c’est bien évidemment celui de lancer les travaux d’aménagement devenus urgents et indispensables. Nous avons, dès notre première commission permanente le 11 mai dernier, décidé de lancer ou d’accélérer une vingtaine d’opérations routières prioritaires sur tout le territoire. Ces opérations concernent, à titre d’exemple, l’étude d’une 3ème voie au niveau de Savannah-Cambaie ou encore la réalisation d’un nouveau pont sur la rivière des Galets.

Sont également au programme la réalisation de l’axe rapide entre Saint-Pierre et Saint-Benoit, avec la voie de contournement du Tampon et la traversée des Plaines.

Le deuxième engagement qui a été pris, c’est la réalisation de la nouvelle route du Littoral. Vous connaissez mon attachement à ce grand chantier. Afin de garantir la sécurité des automobilistes et de la continuité de la route des Tamarins jusqu ‘à Saint-Denis pour les usagers, je vous confirme que la construction de cette route comprenant des voies réservées au transport collectif débutera dès 2013. Les modalités techniques et financières de réalisation de ce projet font actuellement l’objet d’une concertation menée entre l’Etat et la Région pour une signature rapide du nouveau protocole de Matignon.

En réalisant la nouvelle route du Littoral, en supprimant progressivement les bouchons routiers les plus pénalisants, en réalisant le nouveau pont de la rivière Saint-Etienne, celui de la Rivière des Galets, en rapprochant nos villes par une voie réservée aux bus, c’est bien la qualité de vie de nos concitoyens que nous contribuerons à améliorer

Le troisième engagement que nous exprimons est la réalisation à moyen terme, de « la route des laves », de « la route des plages », du confortement des routes des cirques à Cilaos et Salazie. Tous ces aménagements routiers devront contribuer, dans leur conception même, à la valorisation de nos paysages et de notre patrimoine, avec la volonté forte d’y imprimer davantage une dimension touristique.

Il est évident enfin qu’une place privilégiée sera réservée aux transports en commun avec la mise en place progressive du trans-eco-express régional.

Cette relance de la commande publique, tous ces travaux d’aménagement redynamiseront l’emploi dans notre région : des milliers de Réunionnais travailleront sur ces chantiers. C’est aussi un enjeu crucial pour une région qui subit durement la crise comme tout le monde le sait.

L’aménagement au profit d’un développement équilibré entre toutes les micros régions Nord/Sud/Est/Ouest est désormais, vous l’aurez compris, une priorité régionale forte, qui s’inscrit dans une collaboration constante souhaitée avec l’Europe, l’Etat, le Conseil général, les EPCI et les 24 communes.

La richesse d’une région, c’est aussi la qualité de ses communications avec le reste du monde. Aujourd’hui, l’ouverture de La Réunion sur l’extérieur est plus que jamais un enjeu d’avenir. Pierre LAGOURGUE l’avait bien compris, lui, qui fut à l’origine de la piste longue de l’aéroport Rolland Garros. Aujourd’hui, dans cette même continuité, nous inscrivons notre action dans le sens du développement de l’aéroport de Pierrefonds et de l’extension de l’aéroport de Sainte-Marie. Nous entendons ainsi, dans le cadre de la mandature qui s’annonce orienter délibérément la politique régionale en faveur de grands chantiers qui servent de manière incontestable le développement réussi et équilibré de La Réunion, dans sa dimension économique d’aménagement du territoire, ainsi qu’au niveau de son ouverture sur le reste du monde.

Je terminerai, si vous le permettez, en saluant une nouvelle fois l’engagement de mes prédécesseurs, qui ont contribué, chacun à leur niveau, à la réussite de ce projet.

Je vous remercie.

  • RESTEZ INFORMÉ SUR
  • L'ACTUALITÉ DE VOTRE RÉGION
  • Inscrivez-vous à nos newsletters et nos Alertes SMS
Sélectionnez les thématiques qui vous intéressent

ECONOMIE EDUCATION

PuceInscription

Désincription