Inauguration de la première Case à lire

Le 24 juin 2011
C'est le Collectif Moufia Bois de Néfles qui a été choisi pour recevoir le premier label Case à lire. Didier Robert a officiellement lancé la première structure qui a ouvert à Saint-Denis.

L’inauguration s’est aussi faîte en présence de Mémona Hintermann, grand reporter à France télévisions. Originaire du Tampon, la journaliste a raconté les difficultés d’accès à l’écriture et à la lecture qu’a connues la Réunion de son enfance.

Flash Video - 9.4 Mo

L’objectif de la Région Réunion est de créer 23 Cases à lire dans les communes de la Réunion. Il s’agit d’enrayer l’illettrisme qui touche plus de 110 000 personnes.

Flash Video - 10.6 Mo

Cette nouvelle labellisation s’appuie sur des structures déjà existantes. Ces dernières ont fait acte de candidature et ont été retenues par la Collectivité.

Télécharger la liste des projets retenus

Inauguration de la première Case à lire Le Collectif Moufia Bois de Nèfles est à l’origine un Cybercase proposant l’accès gratuit à 8 ordinateurs. Désormais, la structure pourra accueillir tous ceux qui veulent apprendre à lire ou se perfectionner. Une subvention de 25 000 euros a été attribuée par la Région Réunion à la première Case à lire pour 2011.

Flash Video - 16.8 Mo

111 000 personnes sont en difficultés par rapport à l’écrit à La Réunion (enquête Insee Information et Vie Quotidienne (IVQ) en 2007).

Ce chiffre exige une action cohérente entre l’ensemble des acteurs publics et le monde associatif notamment pour adopter des dispositifs qui participent concrètement à améliorer la situation.

L’essentiel des actions régionales étaient depuis plusieurs années axées sur des stages dans des ateliers de formation. Ces actions sont insuffisantes pour atteindre le plus grand nombre et peu attractives pour la majorité des personnes concernées, ayant intériorisé une image négative de l’école et des apprentissages. La Région s’est engagée dès mars 2010 à renforcer le nécessaire élan de solidarité au service d’une Réunion plus forte et plus équitable.

Pour l’égalité des chances, la région a signé en 2010 la nouvelle charte de prévention de lutte contre l’illettrisme. Elle engage en 2011 près de 13 millions d’euros.

> Pour accompagner des personnes sans qualification (4.2 millions d’euros),

> pour des emplois verts (6 millions d’euros),

> pour le service civique (300 000 euros),

> pour lutter contre l’illettrisme (1.1 millions d’euros)

> Pour l’Ecole de la deuxième chance (800 000 euros),

> Pour les cases à lire (600 000 euros).

La lutte contre l’illettrisme est une priorité inscrite au coeur de la politique régionale en faveur d’une plus grande égalité des chances.

C’est dans ce cadre, que sont nés le nouveau dispositif de continuité territoriale, le POP pour les lycéens et apprentis ou encore la bourse régionale de al réussite.

Après l’ouverture d’une Ecole de la Deuxième Chance, l’engagement de création de Cases à lire se concrétise aujourd’hui. Un partenariat est signé avec plus de 20 associations pour l’installation de Cases à Lire dans toute l’île : Proximité, approche totalement dédramatisé de l’apprentissage ou du (ré)apprentissage de la lecture, de l’écriture, du calcul pour aider les Réunionnais en difficulté dans leur quotidien, le concept des Cases à Lire se veut innovant et adapté.

JPEG - 207.3 ko

qu’est-ce que c’est ? Une association de quartier qui propose une activité de loisir aux usagers ayant des difficultés à lire, écrire, calculer…

Pourquoi ?

Faire découvrir le plaisir de la lecture et de l’écriture au travers de son loisir favori, pratiqué gratuitement dans son quartier, dans un endroit familier. L’approche pédagogique est souple, ludique, dynamique et éloignée le plus possible de toute approche scolaire. Les outils utilisés sont innovants, diversifiés, attractifs pour des adultes, privilégiant l’informatique et les outils multimédia.

Pour qui ?

Ces activités s’adressent aux jeunes et aux adultes sortis du système scolaire, prioritairement les 18-35 ans. Les Cases à lire sont réparties sur toute l’île.

et après ?

Les usagers peuvent être orientés ensuite vers une formation, une autre association, un club, une médiathèque, un cybercafé, ou autre… Ils peuvent continuer à lire pour eux-mêmes…

Ils peuvent rester dans la Case à lire. La Case à lire est donc un outil d’éducation populaire et un moyen de lutte contre l’illettrisme. Il s’agit de conduire l’usager à la pratique de la lecture et de l’écriture par le biais d’une activité de loisir librement choisie et pratiquée régulièrement dans une structure de proximité.

La finalité du dispositif sera de susciter chez les usagers, notamment les plus jeunes, un besoin conscient faisant émerger une demande d’acquisition ou d’amélioration des savoirs de base, qui puisse les conduire à une action de formation.

quelques dates clés :

> Janvier 2011 : lancement par voie de presse d’un appel à projet.

> Avril 2011 : Sélection des 23 premières Cases à lire par décision de la commission permanente du 26 avril.

> 23 juin 2011 : inauguration de la première Case à Lire. Les structures recevront le label « Case à lire » à l’issue d’une année d’activité, si elles répondent toujours au cahier des charges.

Budget 2011 : 600 000 euros

Chiffres clés :

> 16 communes desservies

> 14 associations agréées

> 23 cases à lire, dont certaines sont éclatées en plusieurs adresses sur leur commune.

labellisation de la Case à lire

Toute association ayant démontré sa capacité à mettre en oeuvre son projet et disposant des compétences requises, obtiendra de la Région le label « CASE A LIRE » qui l’identifiera sur la zone. Le label sera provisoire. La labellisation définitive interviendra après une évaluation sur site, au bout d’une année qui suivra son démarrage.

Critères satisfaisant le label :

> La Case à lire est située à moins d’un km de zones habitées, accessible à pied ou par les transport en commun de proximité,

> Les horaires d’ouverture sont adaptés à tous le publics,

> L’espace est libre d’accès et gratuit,

> Elle propose une activité de loisir articulée sur la pratique de la lecture et l’écriture,

> L’activité est menée par une équipe dédiée,

> La Case à lire s’inscrit dans un réseau et des partenariats avec les structures de la zone,

> La structure assure la publicité de la participation du Conseil Régional et des autres financeurs de son action

  • RESTEZ INFORMÉ SUR
  • L'ACTUALITÉ DE VOTRE RÉGION
  • Inscrivez-vous à nos newsletters et nos Alertes SMS
Sélectionnez les thématiques qui vous intéressent

ECONOMIE EDUCATION

PuceInscription

Désincription