Agenda 21 scolaire ou comment conjuguer éducation et développement durable

Le 7 avril 2011
Un séminaire s'est tenu aujourd'hui au sein de la pyramide inversée. Dans le cadre de la semaine du développement durable, il a été abordé les grandes avancées de l'Agenda 21 au coeur duquel on retrouve sa déclinaison éducative : l'Agenda 21 scolaire.

Télécharger le guide de l’Agenda 21

Flash Video - 13.1 Mo

Développement durable et agenda 21

L’agenda 21 mondial ou Action 21, programme d’actions de développement durable pour le 21ème siècle a été élaboré et adopté par plus de 170 chefs d’Etats et de gouvernement au Sommet de la Terre à Rio (1992). Ils se sont alors engagés à le mettre en oeuvre et à inciter chaque groupe d’acteurs à le faire.

Ce programme est composé de 40 chapitres comprenant 2500 recommandations, principalement relatives à la lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale, la production de biens et de services durables et la protection de l’environnement.

L’Etat a élaboré sa première Stratégie Nationale de Développement Durable – SNDD en 2003.

La SNDD révisée 2010-2013, dans la continuité du Grenelle environnement, présente 9 défis stratégiques à relever pour aller vers une économie « verte et équitable »

Dans son chapitre 28, « Initiatives de collectivités locales à l’appui d’action 21 », l’agenda 21 mondial inscrit :« Il faudrait que toutes les collectivités locales instaurent un dialogue avec les habitants, les organisations locales et les entreprises privées afin d’adopter un programme d’action 21 à l’échelle de la collectivité ».

De plus, l’agenda 21 peut être décliné à toutes les échelles territoriales (nationales, régionales, locales…) et au sein de structures, à l’échelle d’un établissement (administration, établissement scolaire, centre de formation).

Dans ce cadre, le 10 décembre 2003, l’Etat, la Région, le Conseil Général, le CCEE, le CESR, l’Association des Maires de La Réunion, la Chambre d’agriculture, la Chambre de Métiers et d’Artisanat, la Chambre de Commerce et d’Industrie de La Réunion et EDF Réunion ont signé l’agenda 21 de La Réunion et se sont engagés à décliner de façon opérationnelle les 8 engagements suivants :

> Lutter contre les changements climatiques,

> Définir une politique de déplacements durables,

> Opter pour une nouvelle politique d’urbanisme,

> Soutenir les filières et métiers du développement durable,

> Promouvoir l’Education et de sensibilisation de la population,

> Concevoir un développement durable régional,

> Donner l’exemple.

L’Agenda 21 scolaire de la Région Réunion

La commission permanente du Conseil régional, a validé en 2008 le principe d’un agenda 21 Région Réunion. En 2010, une première évaluation du programme d’actions et une actualisation de l’agenda 21 région a été présentée aux élus. Au cours de cette année 2011 sa mise en oeuvre sera renforcée par des actions concrètes et des messages de sensibilisation.

Agenda 21 scolaire ou comment conjuguer éducation et développement durable

L’année 2011 sera donc celle de la poursuite de la mise en application concrète des principes du développement durable et des engagements, dans le cadre des travaux et des lois Grenelle, en partenariat avec les autres collectivités et acteurs.

Les actions qui en découleront seront notamment mises en oeuvre dans le respect de la convention de territorialisation du Grenelle de l’Environnement signé entre la Région et l’Etat en 2010.

Plusieurs autres actions seront mises en oeuvre pour :

Promouvoir l’éducation et sensibiliser la population.

L’UNESCO a déclaré 2005-2014, décennie des Nations Unies pour l’éducation en vue du développement durable.

> Afin de sensibiliser le plus grand nombre pour permettre une prise de conscience et une évolution des comportements :

. Une plate-forme d’échanges et de mise en réseau sera conçue suite au lancement de l’appel à projets Agenda 21 scolaire des lycées et des centres de formation.

. Une journée consacrée à des conférences-débats et diffusion des films relatifs au développement durable sera organisée à destination du grand public et des scolaires.

. Une exposition adaptée au contexte et aux enjeux locaux de développement durable sera élaborée. Elle pourra être mise à disposition des lycées.

Généraliser l’Education au Développement Durable

JPEG - 178.8 ko

Il appartient à l’École de former le citoyen du vingt-et-unième siècle, afin qu’il soit capable de faire des choix informés et raisonnés pour lui-même et pour assurer les équilibres nécessaires aux conditions de vie entre l’environnement, la société, l’économie et la culture. Tel est l’objet de l’éducation au développement durable, désormais inscrite dans les programmes des premier et second degrés dans l’enseignement général, technologique et professionnel. Poursuivre et amplifier les démarches engagées dans les académies, au sein des écoles, des collèges et des lycées, combiner les enseignements, la vie des écoles et des établissements, leur gestion et leur ouverture sur l’extérieur sont maintenant les clés de la généralisation de cette éducation. Dans ce cadre, favoriser les partenariats permet à la fois aux enseignants d’acquérir des ressources pédagogiques et aux élèves de découvrir concrètement la pratique du développement durable. »

Faire de la Réunion une île solaire

Le projet Gerri 2030 s’inscrit pleinement dans le cadre du Grenelle de l’Environnement et se fixe pour objectif de faire de La Réunion, d’ici 2030, un territoire d’exception intégrant toutes les dernières innovations en terme de développement durable, d’énergie propre, de construction et de tourisme.

Le PRERURE (Plan Régional des Energie Renouvelables et l’Utilisation Rationnelle de l’Energie) dont la compétence appartient à la collectivité définit un objectif d’autonomie énergétique à l’horizon 2025-2030. L’ambition de la Région étant de faire de l’île, la première île solaire d’excellence.

L’atteinte de cet objectif passe par des actions fortes en matière de maîtrise de la demande en énergie (MDE) et en matière de développement des énergies renouvelables (ENR).

> La maîtrise de l’énergie

Limiter le recours à la climatisation en résidentiel en améliorant la performance thermique de l’habitat sur les logements neufs et s’agissant des logements existants, favoriser l’amélioration du confort thermique. Sur ce point, avec les partenaires du Programme Régional de Maîtrise d’Energie, la collectivité se propose de soutenir la réalisation d’amélioration thermique en réhabilitation dans les programmes de logements collectifs. En matière de solaire thermique cette année sera marquée par le déploiement effectif du fond de garantie qui vise à permettre aux ménages les plus démunis de s’équiper en eau chaude solaire. Ce fond amplifiera l’impact que devrait avoir la réglementation thermique pour les DOM qui impose depuis 2010 le chauffe-eau solaire sur les logements neufs.

Les énergies renouvelables

JPEG - 169.2 ko

Aux sources d’énergies renouvelables déjà exploitées (hydraulique, solaire photovoltaïque, éolien, bagasse), viennent s’ajouter de nombreux projets sur les différentes communes de l’île :

> L’énergie thermique des mers et l’énergie de la houle.

> Maîtrise de l’énergie sur les patrimoines des collectivités.

> Le potentiel énergétique de la biomasse

> Les Villages Solaires.

Les installations solaires photovoltaïques connectées au réseau devraient poursuivre leur développement à La Réunion. Suite à la réalisation des diagnostics sur notre patrimoine, la collectivité poursuivra la mise à disposition des surfaces identifiées pour l’installation de centrales photovoltaïques.

En particulier la mise en place d’installations photovoltaïques sur les parkings et plateaux sportifs des établissements scolaires.

En matière de biomasse, la stratégie mise en oeuvre par la Région vise à développer un pôle de production en matière première et de valorisation de cette ressource particulièrement performante.

Ainsi, plusieurs ressources doivent faire l’objet de travaux pour en optimiser les possibilités de valorisation :

> La valorisation par méthanisation des effluents d’élevage

> Une nouvelle filière énergétique de valorisation des boues de stations d’Epuration des eaux par méthanisation,

> La valorisation énergétique des déchets

> D’autres projets portés par des privés tels que la méthanisation de vinasse ou les déchets d’abattoir.

Une autre filière fait l’objet depuis plusieurs années, de recherches en vu de définir son potentiel à La Réunion et de mettre en place des unités pilotes Il s’agit de celle des énergies de la mer.

Deux types d’énergies marines sont particulièrement explorées actuellement. D’une part l’énergie de la houle fait l’objet d’études approfondies pour deux systèmes de conception très différents. D’autre part l’énergie thermique fait également l’objet d’études et de développement en vue de sa valorisation.

> L’énergie de la houle

Deux projets phares :

Le plus avancé des deux projets est celui porté par l’entreprise SEAWATT qui s’appuie sur la technologie PELAMIS développée en Ecosse. La collectivité a soutenu avec l’ADEME les études de faisabilité qui ont été réalisées. Ces études ont montré la faisabilité technique d’une centrale de plusieurs mégawatt au large de la zone aéroportuaire de Pierrefonds. Une recherche de financement est en cours par les porteurs de projets pour permettre la réalisation de la première phase de cet investissement dans le courant de l’année 2011.

Un second projet est en cours de réflexion pour l’adaptation de son système à La Réunion. Il s’agit du projet CETO développé en partenariat avec EDF EN. Ce projet doit aboutir en cours d’année avec la mise en place également à proximité de Pierrefonds d’un prototype.

Le projet CETO fonctionne par l’intermédiaire de dispositifs spécifiques munis d’activateurs disposés sur les fonds marins. L’activateur (ou bouées) est mis en mouvement par l’énergie de la houle et transmet son mouvement à une pompe qui met un fluide sous pression. Le fluide sous pression est transporté à terre via un système de pipe en acier où une turbine de type « Pelton » couplée à un alternateur qui transforme l’énergie en électricité. L’énergie thermique des mers fait l’objet d’un important programme de recherche développement dans le cadre d’une collaboration entre La Région, la société DCNS, l’ARER et l’IUT de Saint- Pierre. Des financements de l’Etat mobilisés dans le cadre du Plan de Relance y ont été affectés. Bien au-delà de la pure production d’électricité, ces projets sont généralement intégrés à des secteurs d’activités qui bénéficient des avantages de ces sources d’énergie et qui profitent au territoire réunionnais :

> l’agriculture solaire,

> les transports en commun propres,

> la construction durable pour le logement collectif et les habitations individuelles,

> l’aménagement durable des villes

PuceDOCUMENTS A TELECHARGER

  • RESTEZ INFORMÉ SUR
  • L'ACTUALITÉ DE VOTRE RÉGION
  • Inscrivez-vous à nos newsletters et nos Alertes SMS
Sélectionnez les thématiques qui vous intéressent

ECONOMIE EDUCATION

PuceInscription

Désincription