/ Actualité / Journal

Les baleines à bosse font leur show

Grand public Environnement
20 septembre 2018

La saison des baleines a débuté courant juin, et elle s’annonce exceptionnelle. Au 30 Juin, 381 specimens ont été aperçus au large de nos côtes. Pour pérenniser la présence des cétacés dans nos eaux et permettre aux générations futures de profiter de ce spectacle hors norme, une charte d’approche responsable a été mise en place depuis 2010. Soutenue par la Région Réunion, elle a pour objectif de favoriser l’observation de qualité et garantir au mieux la tranquillité des cétacés. À noter qu’elle s’applique également aux dauphins et aux tortues marines.

1. L’APPROCHE

➜ Ralentir le navire dès que les cétacés sont observés à moins de 500 m.
➜ Couper sondeurs, sonars et d’autres radars pour éviter toute perturbation acoustique.
➜ Remonter les lignes de pêche.
➜ Passer à plus de 300 m des bateaux en situation d’observation pour ne pas gêner l’activité d’observation.
➜ Maintenir systématiquement une personne titulaire d’un permis bateau à bord.
➜ Ramener ses déchets à terre et ramasser les déchets trouvés en mer.

2. L’OBSERVATION EN MER :

➜ Respecter l’ordre d’arrivée des navires et attendre son tour. Tous les navires doivent rester du même côté de l’animal afin d’éviter l’encerclement.
➜ Attendre à l’extérieur d’un cercle de 300 m si le nombre de navires en observation atteint 5 dans la zone rapprochée des 100 m.
➜ Limiter le temps d’observation à 15 min lorsque d’autres bateaux sont en attente.


3. L’OBSERVATION DEPUIS LES AIRS :

➜ Évoluer à plus de 300 m d’altitude pour les avions, les ULM et les paramoteurs - à plus de 500 pour les hélicoptères en vols stationnaires.
➜ Conserver une grande vigilance vis-à-vis des autres engins volants.


4. LA MISE À L’EAU :

➜ À éviter quand 3 navires ou plus sont en observation dans les 100 m, et lorsque les groupes d’animaux sont actifs (sauts, chasse, tape des nageoires pectorales ou caudales).
➜ Avoir un équipement spécifique (combinaison, palmes, masque, tuba et bouée de signalisation), et être accompagné d’une personne compétente en mesure d’évaluer le comportement des animaux et les conditions environnementales.
➜ Se mettre à l’eau calmement et silencieusement en glissant le long de la coque et en évitant les mouvements brusques. Privilégier une attitude passive et contemplative.
➜ La mise à l’eau est limitée à 10 personnes à la fois, à une distance d’au moins 15 m de l’animal pour une durée maximale de 15 min lorsque d’autres personnes attendent. Éviter les contacts physiques avec les animaux. Cela pour être à la fois mal perçu et potentiellement vecteur de maladies.


(1) 31 par l’association Globice et 7 par des personnes extérieures dans le cadre du programme photo-identification

SANCTUAIRE
ET CHEMIN
DES BALEINES

Pour protéger les lieux de reproduction des baleines de l’Océan Indien, un sanctuaire a été créé en 1979 sous l’égide de la Commission Baleinière Internationale (CBI), dans lequel est banie toute forme de chasse commerciale à la baleine.
Ce sanctuaire couvre l’ensemble de l’Océan Indien entre l’Afrique et l’Australie. Au Nord, il est limité par le continent et au sud il touche le sanctuaire baleinier l’Océan Austral, qui protège les sites d’alimentation.
Au côtés des acteurs locaux, la Région agit pour la préservation du sanctuaire baleinier de l’Océan Indien . L’aboutissement de l’inscription du « chemin des baleines » au patrimoine mondial de l’UNESCO permettra non seulement de promouvoir le développement éco-touristique raisonné et durable dans les îles de la zone, mais constituera également un argument de poids pour le maintien de la sanctuarisation de cette zone par la CBI.

PHOTOS