/ Actualité / Journal

Conservation du Bois de Paille-En-Queue

Grand public Grand chantier Environnement Développement durable
12 mars 2018

La Région Réunion s’est engagée à mettre en oeuvre le chantier de la NRL dans le respect de l’environnement, aussi bien dans sa conception que dans sa réalisation. Le chantier n’impacte pas directement le milieu terrestre constitué de la falaise et du massif de la Montagne. Néanmoins, au vu de l’intérêt marqué par la présence d’une flore rare à l’échelle de l’île voire de l’Océan Indien, certaines espèces telles que le Bois de Paille-En-Queue font l’objet de mesures compensatoires. Ces mesures se traduisent par la rédaction et la mise en oeuvre d’un plan directeur de conservation de l’espèce à la Réunion.

Le Plan Directeur de Conservation synthétise les connaissances sur une espèce spécifique, identifie les dangers menaçant l’espèce à La Réunion (manque de connaissances sur l’espèce, menace des espèces envahissantes, problème de foncier...), et propose des fiches d’actions hiérarchisées par degré de priorité.
En juin 2016, la Région, la DEAL et le Conservatoire Botanique National de Mascarin (CBNM) ont signé une convention concernant la mise en oeuvre de la mesure « MC-T03 » au titre du chantier de la NRL. Sous le pilotage de la DEAL, le Conservatoire assure l’étude des espèces végétales remarquables identifiées, notamment sur la falaise entre Saint-Denis et la Possession.
Dans le cadre de cette mesure, trois espèces sont concernées :
➜ la mucune géante : non endémique de La Réunion, elle connaît une large répartition. Bien que quelques études existent ailleurs, l’espèce reste méconnue en local ;
le bois de senteur blanc : très souvent observé dans les années 80, seuls cinq pieds existent encore à l’état naturel. Le Plan National d’Action pour sa conservation a été rédigé en 2011 à la demande de l’État. Dans le cadre des mesures compensatoires NRL, la Région a soutenu la mise en oeuvre de certaines actions de conservation (inventaire de la collection du Conservatoire et (re) reproduction de l’espèce) ;
le bois de paille en queue : espèce endémique des Mascareignes (Réunion et Maurice), il a quasiment disparu à l’île Maurice (plus qu’une dizaine d’individus).
La responsabilité de sa conservation revient donc surtout à La Réunion qui comptabilise environ 6 000 individus, tous concentrés sur la falaise entre Saint-Denis et la Possession.
Un suivi environnemental de la flore et des habitats de la falaise de la Route du Littoral est également assuré, dans le cadre du chantier de la NRL, par le bureau d’étude ECOMED. Outre le suivi du bois de paille- en-queue, ECOMED a mis en place une étude sur la résistance au sel de l’espèce par rapport aux espèces envahissantes présentes sur la falaise, en partenariat avec le Conservatoire Botanique. Cette action préconisée dans le Plan Directeur de Conservation de l’espèce, a été matérialisée par le recrutement d’une étudiante de Master BEST (Biodiversité et EcoSystèmes Tropicaux) à l’Université de La Réunion qui assure le bon déroulement des tests et l’observation des résultats obtenus.
La mise en place de cette première phase de la mesure compensatoire « MC-T03 » a été nancée par la Région Réunion à hauteur de 250 000 €.


BERTRAND MALLET
Chargé de mission
au Conservatoire National Botanique de Mascarin
« Ce sont des espèces sur lesquelles nous n’avions encore jamais travaillé à La Réunion. Pour la mucune géante et le bois de paille-en-queue, il a fallu faire la synthèse des connaissances disponibles sur chacune de ces espèces et rédiger les Plans Directeurs de Conservation. Ils ont été validés par une instance scientifique indépendante - le Conseil Scientifique Régional du Patrimoine Naturel – en octobre dernier. Dans le cadre des mesures compensatoires, le choix de l’espèce se fait par rapport à la problématique qui a été identifiée auparavant. Par exemple, les anciens aménagements comme les filets, constituent des menaces car ils favorisent le développement des espèces exotiques envahissantes telle que la liane papillon. La spécificité de cette mesure compensatoire-ci, est que la menace potentielle n’est pas nécessairement en lien avec la NRL, mais la valeur patrimoniale de ces espèces requiert une attention environnementale particulière ».

PHOTOS

Les aides et services associés au thème de l’article :
Grand chantier
Environnement
Développement durable
Grand public